Toutes les Menaces

Virus

Hackers

Spams

Whole site    Viruses
  
Encyclopédie Virus
Alertes
Analyses
Actualité
Glossaire

 
Calendrier

<< 2014  
Jan Feb Mar
Apr May Jun
Jul Aug Sep
Oct Nov Dec
Les Analyses les plus Populaires



Kaspersky Security Bulletin 2014. Prévisions pour les APT



Bulletin de Kaspersky sur la sécurité en 2014. Principales statistiques pour 2014



Kaspersky Security Bulletin 2014. Prévisions 2015



Kaspersky Security Bulletin 2014. Evolution des malwares



Evolution des menaces informatiques au 3e trimestre 2014
 
 

  Page d'accueil / Analyses

Sécurité informatique en 2030 - la composante humaine reste la seule constante

18.12.2012   |   comments (2)

Magnus Kalkuhl

Il y a 23 ans, un des plus grands cas de piratage dans l'histoire des Etats-Unis défrayait la chronique. C'est dans ce contexte que Clifford Stoll publiait son livre intitulé L'œuf du coucou, devenu depuis lors un des classiques de la littérature informatique. Cette même année, Tim Berners-Lee inventait le World Wide Web, Intel lançait son tout nouveau processeur 486 cadencé à 25 Mhz et le mur de Berlin s'effondrait. A l'époque, l'informatique n'intéressait qu'un nombre réduit de communautés de geeks qui faisaient l'objet de beaucoup de dérision, si bien que 1989 est restée dans la mémoire collective comme l'année de la chute du mur de Berlin. Tout le reste a été vite oublié.

Plus de 20 ans plus tard, les ordinateurs sont non seulement devenus un objet accepté dans la société, mais grâce à Apple, ils sont même devenus un symbole de statut social. De nos jours, toute personne qui se rend dans une bibliothèque pour rechercher des informations, qui réalise des opérations bancaires à un guichet ou qui envoie des lettres commerciales par la poste agit en général en tant que personne privée : dans l'environnement professionnel qui est devenu le nôtre, il est pratiquement impossible d'éviter l'utilisation de moteurs de recherche, de services de transactions bancaires par Internet ou du courrier électronique.

Quel sera l'impact à long terme de ces développements sur notre vie ? De toute évidence, celui qui veut se risquer à prédire le paysage de la sécurité informatique en 2030 doit se livrer également à des prévisions sur la sécurité et la société en général. Les technologies de l'information sont omniprésentes et à l'avenir, ses domaines d'application ne vont faire qu'augmenter.

Un grand bond vers l'avenir

Pour les générations futures, l'année 2012 sera l'année de la fin de l'hégémonie de l'ordinateur personnel traditionnel. Et ironie de l'histoire, cette fin sera l'œuvre de la société indéniablement associée à une époque à l'ordinateur, à savoir Microsoft. A l'instar d'Apple et de Google, Windows a choisi également l'approche multi périphérique : les téléphones portables, les tablettes et, de plus en plus, les téléviseurs avec un système d'exploitation intégré remettent progressivement en question la domination de l'ordinateur traditionnel. Stockage des données en ligne dans le nuage et non plus sur un disque dur dans l'ordinateur de bureau, applications obtenues via l'App Store et non plus via téléchargements au départ de sites douteux. Les temps changent, tout comme les appareils photo argentiques ont été remplacés par les appareils numériques. Et ceux-ci sont peu à peu remplacés par les appareils photos de nos téléphones sophistiqués. Les bobines de films, les appareils photos numériques et les ordinateurs de bureau existeront toujours dans dix ans, mais leurs jours de gloire sont bel et bien derrière eux. Dans ce contexte, il ne faudrait pas s'étonner que les smartphones perdent de leur cachet au cours des 5 prochaines années car les lunettes à réalité augmentée pointent le bout de leur nez.

Il s'agit de lunettes spéciales dotées d'une caméra intégrée, d'un écran et d'un ordinateur. La réalité augmentée désigne la fusion de la réalité de l'utilisateur et des images générées par l'ordinateur. Grâce à l'appareil photo actif en permanence et à la fonction de reconnaissance des visages, vous n'aurez plus à vous inquiéter si vous avez oublié le nom de la personne qui se trouve en face de vous car son nom, son âge et sa profession seront affichés automatiquement à côté de son visage. Pendant vos vacances, le menu en langue étrangère sera tout simplement remplacé par une traduction dans votre langue. Et si vous vous perdez, vous pourrez utiliser le système de navigation pour piéton afin de projeter le chemin à suivre devant vous. De plus, un journal multimédia qui puise dans le flux de données continu de l'appareil photo, du micro et du GPS sera créé automatiquement. Que les plus impatients d'entre vous se rassurent : Google a l'intention en 2013 de mettre ses lunettes à la disposition des développeurs et d'autres fabricants suivront. Cette fusion du réel et du virtuel va changer tant de choses au cours des prochaines années que nous nous pouvons tout simplement pas sous-estimer l'importance de ce développement.

Mais chaque technologie à son revers : si des millions de personnes marchent avec des caméras activées en permanence, la maison deviendra l'unique sphère privée. La société se surveillera et il faut voir si et comment il sera possible de maintenir un équilibre entre vie privée et technologie. La désactivation automatique des caméras dans certains endroits est une option pour laquelle Apple a déjà déposé un brevet.

Un autre problème se pose : même l'esprit le plus vif ne peut utiliser que les informations mises à sa disposition. Comme le dit la sagesse populaire, voir, c'est croire. Imaginez par exemple une fonction de la réalité augmentée qui vous amènerait à penser que le restaurant dans lequel vous venez d'entrer est infesté de cafards. Il ne fait aucun doute que dans ce cas, vous préférerez le restaurant d'en face. Nous savons déjà comment les "avis" peuvent être manipulés par des "clients" payés dans les classements d'hôtel sur Internet. Mais nous sommes malgré tout prendre au piège. Le secteur de la publicité sera lui-même particulièrement intéressé à l'idée de pouvoir "optimiser" votre réalité pour l'adapter à ses objectifs. Le danger d'une situation où le système dans son ensemble serait piraté sans que la personne concernée ne se rende compte qu'elle vit dans un monde qui n'a rien à voir avec la réalité est évident.

Bien entendu, l'avenir nous réserve bien plus que la réalité augmentée. Même en ignorant des domaines passionnants tels que les nanotechnologies, la recherche génétique ou les imprimantes 3D pour la production d'aliments, l'ennui ne sera pas au rendez-vous : l'intelligence artificielle, annoncée depuis si longtemps, n'a jamais été aussi proche de la réalité. En 1997, l'ordinateur Deep Blue d'IBM a battu le Russe Garry Kasparov aux échecs (3, 5 à 2,5 ; le champion du monde avait remporté la partie précédente jouée l'année avant), mais Deep Blue devait sa victoire avant tout à son énorme puissance de calcul et non pas tant à une authentique intelligence. Ceci étant dit, IBM lança en 2001 l'impressionnant Watson qui remporta un quizz face à un candidat qui comptait 74 victoires à Jeopardy. Cette victoire avait été obtenue grâce à la technologie de traitement du langage améliorée au fil des ans et à des algorithmes capables d'arriver de manière indépendante à de nouvelles conclusions sur la base des données existantes. La même année, Apple présentait Siri, un assistant numérique imparfait, mais qui a tracé une tendance. Comme il fallait s'y attendre, Google a rejoint la course au développement du système informatique le plus intelligent. Citons également plusieurs autres projets, financés en partie par l'Union européenne, qui visent à imiter un cerveau humain complet dans un ordinateur. Qu'ils soient en quête d'assistants numériques ou de cerveaux artificiels, les chercheurs ont la volonté et les budgets nécessaires pour explorer cette voie jusqu'au bout.

Au bout du compte, c'est de l'automatisation complète de notre environnement qu'il s'agit : robots de nettoyage, voitures, et même les maisons. La voiture développée par Google a été homologuée par l'Etat du Nevada cette année. Il s'agit du premier véhicule à moteur jamais reconnu comme étant capable de rouler sans conducteur. De grands progrès ont également été réalisés en robotique : l'agence américaine DARPA a présenté un robot baptisé Cheetah capable d'atteindre une vitesse de 45 km/h en course, soit plus vite que n'importe quel être humain. Quand une intelligence artificielle pourra être insufflée dans ces robots, les scènes des films de science-fiction pourraient commencer à devenir réalité. A vous de voir maintenant si vous attendez ce moment avec impatience ou s'il vous donne des sueurs froides.


Tout change

Fin de série

Solutions pour l'avenir

Téléviseurs, ordinateurs portables, tablettes et smartphonesLunettes à réalité augmentée et écrans omniprésents, depuis les montres jusqu'aux murs d'écrans.
Logiciels, films, musique achetés sur un support physique Contenu dans le nuage, facturation selon la fréquence d'utilisation
Consoles de jeu vidéo Mondes ludiques virtuels accessibles depuis n'importe quel système informatique.
Voitures à commande manuelle Systèmes de transport entièrement automatisés
Paiement en espèces Systèmes de paiement numérique
Ecole Enseignement personnalisé à l'aide de systèmes intelligents, parfaitement adaptés aux aptitudes individuelles des étudiants.
OuvriersRobots

Le monde en 2030

Dans quel monde vivrons-nous demain ? Il est plus que probable que les périphériques à réalité augmentée vont remplacer les smartphones très populaires à l'heure actuelle. Les progrès fulgurant dans les technologies permettant de connecter directement des puces informatiques au nerf optique permettront aux aveugles d'accéder à la réalité augmentée. Et les vidéos les plus populaires de demain sur YouTube seront des clips en 3D réalisés par votre voisin avec un nombre illimité d'angles de vue et un champ de vision réglable. Les consoles de jeu traditionnelles vont disparaître. Des univers virtuels seront créés à l'aide de puissants systèmes informatiques répartis entre plusieurs villes, en partie dans les caves de grands immeubles afin de réduire au maximum la longueur des voies de transmission. C'est une opportunité fantastique si les développeurs parviennent à créer des mondes ludiques suffisamment intéressants pour convaincre d'autres joueurs de s'inscrire gratuitement ou de souscrire à un abonnement.

Tout ceci requiert des ordinateurs d'une puissance considérable. La règle d'or est la suivante : plus les transistors d'un processeur sont petits, plus la vitesse augmente. A chaque nouvelle étape franchie dans le processus de miniaturisation, Intel et les autres producteurs se rapprochent toujours en peu plus des limites de ce qui est physiquement possible. Ceci étant dit, les développeurs de processeur ont démontré à maintes reprises leur créativité et la solution pourrait passer par une augmentation massive du nombre de cœurs sur chaque puce. A l'heure actuelle, la puissance de traitement des ordinateurs double tous les 18 mois, alors que le prix reste identique. Cela signifie que dans 18 ans, les ordinateurs seraient 4 000 fois plus rapides que ceux que nous utilisons actuellement. En théorie, les ordinateurs de particuliers pourraient alors être plus puissant que Watson, le superordinateur développé par IBM (pour les passionnés : 2880 cœurs POWER7 cadencés chacun à 3,55 GHz) et vendus à un prix comparable à celui d'un ordinateur portable d'aujourd'hui. Il serait possible de créer le premier film de la série Toy Story sur un ordinateur de bureau, en temps réel et à une résolution cinématographique, et la toute première simulation complète du génome le plus simple connu Mycoplasm Genitalium, présenté il y a quelques mois seulement comme un événement scientifique marquant, serait une expérience standard réalisée dans les écoles.

L'informatique quantique dont on entend tellement parler devrait également arriver à maturité en 2030. Dans l'état actuel des connaissances, il ne sera pas possible de résoudre chaque problème informatique classique à l'aide d'une poignée de bits quantiques, mais d'ici 20 ans, il sera peut-être possible de casser un chiffrement RSA robuste (utilisé par exemple pour garantir la sécurité du courrier électronique ou des transactions bancaires en ligne).

Toutefois, une chose est sûre : les outils de dissimulation de l'activité, les chevaux de Troie et les attaques de phishing demeureront un problème de taille au cours des années à venir et ces attaques viseront davantage les serveurs que les périphériques. Et ceci pour deux raisons : tout d'abord, le nombre de vulnérabilités qui apparaissent dans un environnement complexe est plus élevé et on peut raisonnablement penser qu'au cours des prochaines années, les systèmes d'exploitation pour les tablettes et les smartphones auront été "purgés" et la majorité du code aura été transférée dans le nuage, et donc du côté serveur.

Bien entendu, les conséquences financières des virus informatiques de demain ne sont pas le seul élément inquiétant. La détection en 2010 de Stuxnet, un ver de sabotage, a confirmé l'application politique que pouvait avoir un programme malveillant. La militarisation continue du cyberespace va engendrer l'émergence d'une multitude d'auteurs professionnels de programmes malveillants au fur et à mesure que la création de chevaux de Troie et l'organisation d'attaques via Internet seront légitimisées, voire appuyées, par certains Etats.

Singularité

Et cette tendance pourrait disparaître aussi soudainement qu'elle est apparue : les humains développant de nouvelles menaces pour la sécurité pourrait se heurter à la puissance des machines luttant contre les machines. C'est dans ce domaine que les progrès en matière d'intelligence artificielle pourraient être cruciaux. Ici, le mot magique est "singularité". Ce terme est utilisé en futurologie pour décrire le moment où les ordinateurs auront acquis une intelligence suffisante pour se développer de manière indépendante sans l'appui de l'homme. Cela peut paraître incroyable et la question de savoir quand nous atteindrons ce point, voire même si nous ne l’atteindrons jamais, fait l'objet d'un vif débat dans la communauté scientifique. Je ne souhaite pas vous embêter et je serai direct : je pense que nous atteindrons la singularité dans 10 à 15 ans.

Aujourd'hui même, nous parvenons difficilement à suivre le rythme effréné des nouveaux développements. Mais quand nous aurons atteint la singularité, ce rythme accélérera encore : imaginez un homme préhistorique qui découvre le feu au petit-déjeuner, qui est catapulté au Moyen-Age à l'heure du déjeuner, qui assiste à la Révolution industrielle l'après-midi et qui entre dans l'ère informatique le soir !

Notre esprit, et nos sens, développés au fil de millions d'années par une douce évolution, seront soudainement exposés, en un clin d'œil de l'Histoire, à des technologies qui précèdent notre développement biologique de plusieurs générations.

Ceci étant dit, il ne faut pas voir le mal dans les aides technologiques, même si nos ancêtres ont sans aucun doute profité des illettrés après l'invention de l'écriture. Au cours de ces dernières années, les moteurs de recherche et des services comme Wikipedia ont contribué au développement du traitement des informations. Mais un élément reste constant : c'est l'homme qui tient toujours les rênes tandis que l'ordinateur met sa puissance au service de la tâche à exécuter. Toutefois, si nous acceptons que nos vies soient complètement optimisées par le biais de systèmes d'assistance numérique, la balance du pouvoir va basculer. La moindre tentative de rendre les commandes à l'esprit humain se traduira par une perte d'efficacité.

Après un certain point, les capacités des systèmes intelligents pourraient tellement dépasser les nôtres que nous ne serions plus en mesure de comprendre les mécanismes et les raisons qui sous-tendent les avis que ces systèmes nous donneraient. Nous redeviendrons des enfants qui placent une confiance aveugle en leur mère faute d'autre option. La différence étant que l'enfant grandit et, quand il devient adulte, il est capable de fonctionner de manière autonome. L'Humanité pourrait dépendre de l'aide des ordinateurs pour le reste de nos vies.

Même si les quelques prochaine années vont être calmes, nous devons commencer dès maintenant à réfléchir à la manière dont nous allons gérer ces développements. Quelle devrait être la réaction des chercheurs en cas d'avancée phénoménale dans le domaine de l'intelligence artificielle ? Au bout du compte, un système très intelligent pourrait être utilisé en tant qu'arme. Les traités internationaux interdisent au citoyen lambda de développer une arme nucléaire. Par contre, la création d'un système intelligent d'une puissance jamais vue n'expose ses auteurs à aucun type de problème juridique et la réglementation de telles activités sera impossible dans la pratique. Il ne reste plus qu'à espérer que la personne qui développera la première intelligence artificielle authentique ne décidera pas de prétendre directement à la domination mondiale !

L'autre défi à relever est notre attitude vis-à-vis de la vérité : nous partons du principe que les ordinateurs sont totalement objectifs. Si les propos d'un chef d'Etat étaient contredits devant ses concitoyens et s'il était invité à démissionner, l'accepterait-il ? Ou allons-nous forcer les ordinateurs à adopter nos "vérités" au lieu de "leur" meilleur jugement ? Dans un tel monde, nous n'aurions pas besoin de logiciels antivirus, mais bien de psychologues car le traitement obligatoire d'informations contradictoires ne peut déboucher que sur une psychose numérique. Rappelez-vous du film 2001 Odyssée de l'espace.

Bon sens

L'avenir nous réserve des opportunités passionnantes, mais présente également beaucoup de risques et nos propres faiblesses, en particulier, vont jouer un rôle important. En 1950, Peter Milner et James Olds, deux scientifiques, ont mené une série d'expériences sur des rats : ils avaient implantés des électrodes sur les "centres du plaisir" du cerveau des rongeurs. Si les rats avaient la possibilité de s'auto-stimuler en appuyant sur un bouton, ils choisissaient cette option jusqu'à mourir d'épuisement. Dans un monde contrôlé par les ordinateurs, les centres de recherche d'emploi ou le pointage à l'usine n'existeraient pas. Chacun serait libre de poursuivre ses rêves ou ses talents. En fonction de notre discipline, nous pourrions alors vivre dans un monde rempli d'artistes, d'athlètes ou d'écrivains ou dans une version où l'humanité serait réduite à un ensemble léthargique d'êtres affalés dans un canapé.

Quand on me demande, dans un entretien, quelle est la meilleure manière de se protéger des menaces sur Internet, j'insiste toujours sur l'importance du bon sens, en plus des solutions techniques. Et si le bon sens nous abandonne, on peut uniquement espérer que les ordinateurs eux ne perdront pas la tête.


Les opportunités et les dangers les plus grands dans notre avenir numérique:

Technologie

Utopie

Singularité

Singularität Paradis sur Terre. Tout le monde fait ce qu'il aime, les machines s'occupent du reste. La dernière guerre mondiale aurait pu être remportée par un ordinateur portable qui "ne faisait qu'obéir aux ordres" ou qui avait classé l'Humanité entière en tant que risque pour la sécurité.
Infrastructures intelligentes Flux de trafic, logistique, tout est parfaitement coordonné, ce qui contribue à la préservation des ressources et de l'environnement. En cas d'une attaque par un programme malveillant, les flux d'approvisionnement des villes pourraient être interrompus, les citoyens pourraient être retenus en otage dans leur propre maison et les portes des prisons pourraient s'ouvrir.
Conseillers en vie numérique Conseils personnels en permanence : fini les rendez-vous oubliés ou le temps perdu à remplir des papiers. Dépendance totale sur la technologie et risque associé de mener une vie hétéronome à cause des données manipulées.
Robots médicaux Opérations meilleures marché, réduction du risque d'erreur médicale et de diagnostic erroné, pas d'attente au cabinet du médecin. Disparition de la connaissance des experts car la formation médicale sera moins intéressante du point de vue financier. Morts provoquées par des systèmes piratés.
Robots militaires Les avantages sont évidents, pour ceux qui possèdent les robots plus puissants.Si, en cas de risque de guerre, la question des pertes en vie humaine de votre côté n'est plus un problème, le seuil de déclaration d'une guerre d'agression est abaissé.
Réalité augmentée Nous élargissons nos capacités de perception et découvrons de nouveaux aspects de notre vie grâce à la journalisation continue de nos activités.Perte totale de la vie privée et dépendance à long terme sur des prothèses informatisées.
Solutions de paiement sans espèces Le shopping devient plus pratique. La fraude fiscale devient impossible, ce qui signifie que la charge fiscale est répartie de manière équitable.En cas d'abandon définitif des pièces et des billets, il n'existerait aucun mode d'échange standard à utiliser en cas de panne informatique.
Ordinateurs quantiques Ouverture de perspectives époustouflantes, surtout dans le domaine scientifique, par exemple simulation d'éléments chimiques. L'informatique quantique pourrait constituer une menace sérieuse pour certaines technologies de chiffrement comme RSA.

La version originale en allemand de cet article a été publiée pour la première fois le 10 décembre 2012 dans le livre "Vision 2030" (éditions GABAL)

 

Copyright © 1996 - 2014
Kaspersky Lab
Industry-leading Antivirus Software
All rights reserved
 

Email: webmaster@viruslist.com